Les premières loges maçonniques ont été introduites en France dès la fin du XVIIème siècle. Á la suite de la Glorious Revolution de 1688 en Angleterre, le roi Jacques II Stuart se réfugia en France avec sa cour, et l’intérêt pour la tradition anglaise et écossaise se manifesta dans certaines sphères et naturellement au sein des loges.

La création de la Grande Loge de Londres en 1717 eut un grand retentissement sur la franc-maçonnerie française qui, a plusieurs reprises, prit comme Grands Maîtres des personnalités britanniques.

En 1738, la Grande Loge de France est créée. Elle ne renoncera à son appellation anglaise qu’en 1756.
Le développement des loges est alors considérable et nombre d’entre elles se réclament de l’écossisme.
Bordeaux, Marseille avec sa Mère Loge Écossaise de 1749, Toulouse, Rouen, Avignon, Metz deviennent des foyers d’une maçonnerie écossaise qui se structure peu à peu.


Le besoin d’aller symboliquement au-delà du troisième degré se fait sentir et les premiers Hauts Grades apparaissent vers 1740, alors qu’ils restent ignorés en Écosse.

En 1744, Étienne Morin fonde à Bordeaux la loge les Élus Parfaits, première des Mères Loges Écossaises pratiquant les degrés dits de perfection propres à compléter la maîtrise.

Il reçoit en 1761 patente de la Loge Saint Jean de Jérusalem et du Conseil des Empereurs d’Orient et d’Occident pour instaurer en Amérique un système de Hauts Grades.

Les Constitutions dites de Bordeaux de 1762 et les Grandes Constitutions de Berlin de 1786 codifient le Rite Écossais.


Ordo ab Chao en devient la devise.


L'Ordre Écossais
Origines et Constitutions du Rite Écossais Ancien et Accepté
Drapeau français
Bannière du 4e degré
Bannière du 18e degré
Bannière du 30e degré
Étendard du Suprême Conseil